Allocution de Monsieur OUMAR GUEYE, Ministre de la Pêche et de l’Economie maritime

Monsieur le Gouverneur,

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Maire,

Mesdames, Messieurs les élus locaux,

Monsieur le Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Kaolack,

Mesdames, Messieurs les autorités religieuses et coutumières,

Mesdames, Messieurs,

Chers invités,

Il m’échoit, avec un réel plaisir, de présider, ici à Kaolack, dans le cadre de la seconde édition de la Foire Internationale de Kaolack (FIKA), la Journée du libre échange dans l’espace économique sur le thème « Kaolack, un hub logistique pour le libre échange dans l’espace communautaire ».
Ma présence parmi vous, cet après-midi, après le passage de nombre de mes collègues Ministres, atteste, s’il en est encore besoin, de l’importance que Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal, Monsieur le Premier Ministre, Mohammed Boun Abdallah Dionne, et l’ensemble de son Gouvernement accordent à cet événement phare, désormais inscrit dans l’agenda des rendez-vous majeurs, et dont la réussite d’année en année, fait la fierté de notre pays.

Mon plaisir est d’autant plus grand que le nombre de circonscriptions régionales que polarise la Région administrative de Kaolack est le symbole de l’ouverture communautaire, que vous appelez de vos vœux, à travers le thème de cette journée.

En cela, l’organisation de la FIKA est une des réponses pertinentes attendues des acteurs économiques et du secteur privé sénégalais, pour la mise en œuvre de l’ambition du Chef de l’Etat de faire du Sénégal un pays émergent, telle que consacrée par le PSE, plan adossé à une vision de territorialisation des politiques publiques de développement.

Sous ce rapport, depuis le Conseil des Ministres, tenu, ici, en juin 2012, des actions concrètes du Gouvernement se sont multipliées, comme en atteste les 170.356.926.400 frs CFA en investissements publics et privés sur une enveloppe prévisionnelle de 255 milliards de FCFA, afin de faire de Kaolack un pôle développement économique à vocation sous régionale.

Mesdames et Messieurs,

A la suite de la visite que j’ai effectuée au Port de Kaolack ce matin, je voudrais aborder, avec vous, la problématique du transport maritime et fluviomaritime, premier mode de transport de masse, qui constitue un maillon incontournable dans les échanges commerciaux au niveau mondial.

Ce mode de transport porte, aujourd’hui, 90% des échanges commerciaux par le monde et pour notre pays, 95% du commerce extérieur passe par la mer.

De ce fait, le développement du transport maritime et fluviomaritime reste, ainsi, une préoccupation du Gouvernement, à travers mon Département, comme l’illustrent, pour en citer quelques exemples :

-  le port minéralier et pétrolier de Bargny, dont le projet a atteint un niveau de maturation satisfaisant, sur financement privé ;
-  le nouveau port de Dakar à NDAYANE, avec DP World ;
-  le port de NDAKHONGA, achevé dans le cadre du MIEP1, et le terminal pétrolier, dont les travaux ont bientôt démarrer à NDAKHONGA, dans le cadre du MIEP2, avec la coopération coréenne ;
-  le dragage effectif de la première section du Bras de mer Saloum, de l’embouchure à FOUNDIOUGNE, à moins cinq (5) mètres ;
-  l’extension du port de commerce de Ziguinchor ainsi que le port de Pêche de BOUDODY, dans le cadre de la coopération néerlandaise, après le dragage du fleuve Casamance ;
-  les multiples infrastructures de la Pêche artisanale, à travers les quais de pêche, les aires de transformation des produits halieutiques, les complexes frigorifiques, etc.

Nous le constatons, la politique maritime, que le Président de la République met en œuvre, est dans le temps de l’action, pour transformer la plateforme portuaire nationale, en perspective des mutations et de la reconfiguration du transport maritime mondial, mais aussi des performances économiques attendues du PSE, pour un développement équilibré.

Dans ce sillage, concernant le Bras de mer Saloum, avec les infrastructures déjà réalisées et celles en cours à NDAKHONGA, des études de rentabilité et de faisabilité pourront déterminer la nature des actions et des projets à entreprendre, y compris pour le port de KAOLACK, dans le cadre global d’un pôle portuaire.

Cette approche se veut cohérente, à l’image de la démarche que le Chef de l’Etat imprime à la mise en œuvre des politiques publiques.

Toutes choses s’inscrivant dans le but de renforcer le système portuaire du Sénégal et de favoriser le développement local, ainsi que l’intégration économique sous régionale.

C’est dire que le Gouvernement a pris la pleine mesure des enjeux du développement de la région, notamment dans le secteur dont j’ai la charge.

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais pour terminer magnifier l’engagement du Président Serigne MBOUP, de son équipe au niveau de la Chambre de Commerce, d’Industrie et d’Agriculture de Kaolack, ainsi que de ses partenaires, qui ne cessent, dans les domaines définis par le Gouvernement, de mobiliser, d’insuffler, de promouvoir et d’agir de manière concrète pour le développement économique et social.

Je vous remercie pour votre